Un golfeur ramené à la vie par ses amis

Lundi 7 septembre. Magnifique journée pour le golf.

C’est la fête du Travail et Jacques Parent en profite pour se rendre au Club de golf de Valleyfield afin d’amorcer un 18 trous qui s’annonce pimpant.

Au second trou, le retraité du monde de l’éducation s’apprête à effectuer son deuxième coup. Il est à 150 verges du départ. Et les choses virent mal. Il s’effondre. Jacques Parent est victime de ce que l’on appelle communément une crise cardiaque.

Agir rapidement

Pierre Rochefort est au 16e trou et achève sa ronde en compagnie de Denis Racine et de Luc Trépanier. « Quelques verges plus loin et on ne le voyait pas tomber. Je l’ai vu. Et j’ai su qu’il fallait agir vite. Dans mon cours de RCR, on m’a dit de ne pas paniquer. De rester calme, et que quelqu’un doit prendre les choses en main. C’est ce que j’ai fait », dit le golfeur, un ami proche de la victime.

« Tout le monde veut tout faire. Mais j’ai demandé à Luc de commencer un massage cardiaque. Ce qui est difficile. Il était tout trempe après trois, quatre minutes. Mais c’est ce qui a sauvé Jacques. L’oxygène a continué à circuler et à se rendre à son cœur. C’est pour ça qu’il est encore en vie aujourd’hui. Son cœur s’est arrêté dix minutes. Mais on l’a sauvé », raconte avec émotion celui qui a agi comme premier répondant en attendant les ambulanciers.

Il ajoute qu’à un certain moment son ami avait le visage mauve, enflé du double de la taille normale et que l’écume blanche sortait de ses lèvres. « Il était mort. C’est certain. On lui a sauvé la vie. De le voir ici aujourd’hui, c’est quelque chose. »

Les ambulanciers à la rescousse

Rapidement, les ambulanciers sont débarqués sur la surface gazonnée du parcours campivallensien. Pierre Rochefort avait mandaté un coéquipier de joindre le 911. « Ils disaient de continuer à masser jusqu’à ce qu’ils arrivent. Et ils étaient épatés en arrivant », dit-il.

Les paramédics ont fourni un automasseur qui aurait pu prendre le relais dans l’ambulance. Les choses ont été rapides. Plusieurs voitures de police, des ambulanciers, dont Simon Théorêt et Audrey Sabourin qui ont contribué à sauver la vie de ce joueur de hockey et coureur de 400 mètres. L’enseignant en éducation physique à l’école Saint-Esprit était en forme. « On ne sait jamais ce qui nous attend. Mais je sais que je ne me souviens plus de ce deuxième trou. Je me suis réveillé dans l’ambulance », mentionne celui qui a reçu trois coups de défibrillateur pour être ramené à la vie.

Jacques parent golf crise cardiaque vie
Jacques Parent et les ambulanciers qui sont arrivés rapidement sur place afin de venir à la rescousse de l’homme qui est ressuscité ce jour là sur le parcours du club de golf de Valleyfield. (Denis Germain)

Une épouse ravie

Après deux jours à l’hôpital, Jacques Parent surprend tout le personnel médical en se levant et en marchant. Ses enfants Andrée-Anne et Jean-Philippe sont immensément heureux de toujours pouvoir compter sur leur père. Mais c’est Diane, sa conjointe qui est la plus réjouie. « Merci tellement. Je pensais perdre mon homme. Le temps de me rendre à l’hôpital, avec les appels reçus, j’étais sûre qu’il était mort », dit la dame qui blâme la COVID pour ne pouvoir distribuer les câlins à ceux qui ont contribué à sauver son mari.

Le couple tenait à rencontrer les membres présents ce jour-là. Ils ont payé la tournée aux altruistes amis qui ont tout fait pour ramener à la vie cet homme qui sera toujours redevable. Et en cœur, ils ont levé leur verre en songeant que le plus important c’est la Santé !

Jacques parent golf crise cardiaque vie
Jacques Parent, sa conjointe, ses enfants, ont profité d’une rencontre avec les membres présents ce jour là pour remercier ceux qui l’ont ramené à la vie. (Denis Germain)